Les territoires du risque

Une amie doctorante de mon laboratoire m’a conseillé ce colloque.

Comme quoi, rien de mieux que de discuter de nos différents sujets de thèse !!!

Donc merci Inès ( et le collectif de doctorants de l’école d’architecture A faire/A suivre ) !

Alors voici un petit résumé :

Depuis quelques années l’histoire des territoires proprement dits s’est considérablement développée, des travaux sur la frontière de Daniel NORMAN à ceux de François WALTER sur les identités paysagères, dessinant les contours d’un nouvel objet scientifique, aux multiples ramifications, qui appelle un perpétuel questionnement. Espace approprié, espace organisé et pensé, sinon rêvé, le territoire est également un espace à contrôler, à normer et, dans nos sociétés contemporaines, un espace désormais perçu comme fragile, sensible, à protéger, voire à sanctuariser. Il croise aussi bien la ville que la campagne, le plat pays que la montagne, ainsi que les notions de paysages et d’environnement. Ce colloque international prend le parti de mêler les entrées, conjuguées et questionnées à partir du prisme commun du territoire.

Le programme => ici

Ce colloque ce passe à Grenoble (38), au palais de l’ancien parlement, salle des audiences solennelles, place du palais de justice.

Du jeudi 21 Novembre 2013 au samedi 23 Novembre 2013.

 

Sources : « Les territoires du risque », Colloque, Calenda, Publié le mardi 12 novembre 2013

 

Attention on éteint les lumières !

Fermez les yeux et imaginez un instant quelles seraient les villes que nous connaissons aujourd’hui si toutes les lumières étaient éteintes ?

Thierry COHEN, photographe professionnel, nous apporte une réponse

Et ne me dites pas que vous vous attendiez à ça !

Ce photographe du numérique a tenté de représenter une autre ambiance de la ville, une ville sans pollution lumineuse.

Comment a-t-il fait pour réaliser ces clichés ?

Pour cela, il s’est rendu dans des endroits déserts tels que les steppes du nord de la Mongolie, les déserts de Mojave ou encore d’Atacama afin de pouvoir capturer dans son objectif des ciels sans aucune pollution visuelle.

Le point commun entre ces magnifiques ciels et les villes qu’il a choisi de représenter, c’est qu’elles se trouvent sur la même latitude. La terre étant en rotation autour d’un axe. Il a, autrement dit, photographier le ciel tel qu’on aurait pu le voir au-dessus de ces villes quelques heures avant ou après.

Le photographe ne nous révèle donc à postériori ou à priori, ce que peut être une ville éteinte !