Vivre sur l’eau : The Swimming Cities of Serenissima

Bien sûr, il existe plusieurs manières de vivre sur l’eau, mais est-ce qu’il y en a de plus poétique que celle que je vais vous présenter ici ?

Voici une troupe d’artistes qui a choisi de faire un périple le long des côtes et sur les fleuves d’Europe.

Mais comment voyager ?

Ils ont trouvé la réponse dans ce que l’on pourrait appeler des maisons flottantes extraordinaires ou autrement des bateaux.

Pour cela, ils ont récupéré des tas de vieilleries et de l’huile de coude pour créer un habitat flottant très poétique. Ainsi, ils se déplacent de villes en villes, donnant des représentations théâtrales, des spectacles, des concerts ou encore projetant des films.

Cette belle expérience et les clichés qui en résultent nous montrent comment la vie sur l’eau et à travers l’eau (dans les déplacements) permet de créer des ambiances, des univers très variés.

Ils nous invitent à l’évasion donc en route le temps de quelques photographies !!

 

 

Les territoires du risque

Une amie doctorante de mon laboratoire m’a conseillé ce colloque.

Comme quoi, rien de mieux que de discuter de nos différents sujets de thèse !!!

Donc merci Inès ( et le collectif de doctorants de l’école d’architecture A faire/A suivre ) !

Alors voici un petit résumé :

Depuis quelques années l’histoire des territoires proprement dits s’est considérablement développée, des travaux sur la frontière de Daniel NORMAN à ceux de François WALTER sur les identités paysagères, dessinant les contours d’un nouvel objet scientifique, aux multiples ramifications, qui appelle un perpétuel questionnement. Espace approprié, espace organisé et pensé, sinon rêvé, le territoire est également un espace à contrôler, à normer et, dans nos sociétés contemporaines, un espace désormais perçu comme fragile, sensible, à protéger, voire à sanctuariser. Il croise aussi bien la ville que la campagne, le plat pays que la montagne, ainsi que les notions de paysages et d’environnement. Ce colloque international prend le parti de mêler les entrées, conjuguées et questionnées à partir du prisme commun du territoire.

Le programme => ici

Ce colloque ce passe à Grenoble (38), au palais de l’ancien parlement, salle des audiences solennelles, place du palais de justice.

Du jeudi 21 Novembre 2013 au samedi 23 Novembre 2013.

 

Sources : « Les territoires du risque », Colloque, Calenda, Publié le mardi 12 novembre 2013

 

Attention on éteint les lumières !

Fermez les yeux et imaginez un instant quelles seraient les villes que nous connaissons aujourd’hui si toutes les lumières étaient éteintes ?

Thierry COHEN, photographe professionnel, nous apporte une réponse

Et ne me dites pas que vous vous attendiez à ça !

Ce photographe du numérique a tenté de représenter une autre ambiance de la ville, une ville sans pollution lumineuse.

Comment a-t-il fait pour réaliser ces clichés ?

Pour cela, il s’est rendu dans des endroits déserts tels que les steppes du nord de la Mongolie, les déserts de Mojave ou encore d’Atacama afin de pouvoir capturer dans son objectif des ciels sans aucune pollution visuelle.

Le point commun entre ces magnifiques ciels et les villes qu’il a choisi de représenter, c’est qu’elles se trouvent sur la même latitude. La terre étant en rotation autour d’un axe. Il a, autrement dit, photographier le ciel tel qu’on aurait pu le voir au-dessus de ces villes quelques heures avant ou après.

Le photographe ne nous révèle donc à postériori ou à priori, ce que peut être une ville éteinte !

 

 

ACCCRN Asian Cities Climate Change Resilience Network

LACCCRN est une fondation créée par la fondation Rockefeller et en collaboration avec des institutions régionales, nationales et locales. Comme son nom l’indique le but de cette fondation est de travailler à l’élaboration de projets et de réflexions sur la résilience vis-à-vis des changements climatiques de la population vulnérable de plusieurs pays d’Asie (Inde, Indonésie, Thaïlande et Viêtnam )

Leurs approches sont déterminées par les besoins et les priorités de chaque ville afin de d’améliorer la faculté de résistance, la prévention et le retour à la « normal » suite aux impacts des changements climatiques.

La fondation travaille sur la ville de Can Tho pour laquelle elle a fait un rapport sur les possibilités de résilience de la ville.

 

Révéler l’invisible

Ce carnet de recherche prend place dans le parcours d’une thèse débuté en février 2013 soutenue par le Ministère de la Culture à travers l’école nationale supérieur d’architecture de Grenoble, au sein du laboratoire CRESSON (centre de recherche sur l’espace sonore et l’environnement urbain). La thématique porte sur la prévention des inondations abordées sous l’angle des ambiances architecturales et urbaines. Voici un résumé du sujet de thèses développé.

Du fait du changement climatique, les phénomènes naturels à risques tels que les inondations vont augmenter ces prochaines décennies tant par leurs fréquences, que dans leurs durées et leurs intensités. Il faut prendre en compte la part des responsabilités de l’action humaine dans l’effet du réchauffement climatique. D’après les dernières estimations des experts, le climat pourrait se réchauffer de 1.1°C à 6.4°C en moyenne d’ici la fin du siècle et devenir plus instable.

Notre environnement est en plein changement et le cadre bâti dans lequel nous évoluons aujourd’hui n’est pas en mesure de les accepter. Pour preuve, les dégâts importants, tant humains que matériels lors de catastrophes naturelles.

Nous allons, dans cette réflexion, nous intéresser plus particulièrement au risque d’inondation. Il faut être conscient que les inondations « représentent chaque année 40% des catastrophes naturelles dans le monde, affectent 250 000 personnes et occasionnent plusieurs dizaines de milliers de morts. »
Ce constat pose la question de la gestion du risque d’inondation sur nos territoires. Quelle place voulons-nous donner au risque dans les villes de demain ? Doit-on cacher ce risque ou au contraire chercher à le rendre qualitatif tout en mettant la population à l’abri ?

Face à ce risque on voit apparaître de plus en plus le concept de mitigation. L’étymologie de mitigation vient du latin mitigare qui signifie adoucir. Il exprime « la mise en œuvre de mesures destinées à réduire les dommages associés à des risques naturels ou générés par des activités humaines » : la réduction de la vulnérabilité.

On peut voir que la prise en compte du risque devient pluridisciplinaire comme nous le montre Julien REBOTIER lorsqu’il écrit que « Le risque est certes une conjonction territoriale de danger et de présence humaine, mais il est situé dans le social, le temporel et le spatial. » Ce qu’il essaie de définir ici est le rapport étroit que l’environnement à risque entretient avec l’Homme. Or, le corps est support d’expérimentations spatiales. Et c’est à travers les sens que nous appréhendons l’espace dans lequel nous vivons et évoluons.
C’est en ce sens que nous proposons d’observer en quoi les ambiances, c’est à dire les qualités sensibles et vécues de situations spécifiques, peuvent être questionnées et apporter des éléments renouvelés de connaissance et d’action dans le cadre de la gestion de catastrophes naturelles.

La prise en compte en termes d’ambiances de l’inondabilité d’un territoire peut-elle apporter une valeur ajoutée aux réponses spatiales et au milieu urbain ?

Afin d’intégrer ce processus de recherche dans les dynamiques actuelles de gestion des inondations dans le monde je souhaiterais poursuivre cette réflexion en m’interrogeant sur l’action des ONG qui travaillent sur la mitigation des risques naturels. En effet depuis quelques années maintenant, des organisations telles que Architectes de l’urgence tente de « mettre au point une stratégie de mitigation des risques, afin de reconstruire après une catastrophe pour les personnes les plus vulnérables, tout en prenant en considération les spécificités et les sensibilités locales. » On peut donc voir dans leurs objectifs la place importante du sensible. Cependant il n’est pas précisé de quelles manières il est possible d’intégrer la dimension sensible dans des projets d’architectures d’urgence alors que des notions telles que le développement durable y ont trouvé une place, « pour la mise en œuvre des programmes, la priorité est toujours donnée à l’intégration des principes de développement durable dans la conception » .

La prise en compte du risque étant basée sur l’ouvrage, comment peut-on développer des dispositifs qui intègrent le risque tout en créant des agencements spécifiques qui redéfinissent les espaces et les usages dans la reconstruction post-catastrophe?